Recherche :   
Fotolia_4926905_S.jpg
  :: Accueil arrow Gros Œuvre arrow PORTES D’ENTRÉE :: :: lundi 17 février 2020 ::  
 
 
Votre projet de construction
de maison basse consommation
en 12 étapes:
Tous les mois, nous suivons votre projet
avec des fiches pratiques, des conseils et astuces.
 
Etape 12 :
RÉCEPTION DES TRAVAUX de votre maison basse consommation
Dernière formalité avant de jouir en...
M'identifier :
Utilisateur 
Mot de passe 
 
      Mot de passe oubli
 
 
   



 
  

Portes d’entrée

Isolation et protection rapprochée

Porte d’entrée en boisAu-delà de l’esthétique, le choix de la porte principale de la maison doit prendre sérieusement en compte ses aspects fonctionnels. Car cette ouverture est aussi une barrière : contre les agressions climatiques et les intrusions.

Une porte d’entrée se doit avant tout d’être sécurisée. Il est donc essentiel de se pencher sur les systèmes de fermeture et de sécurité mécanique, et de savoir distinguer bloc-porte blindé et blindage de porte. Le blindage (une tôle acier 5/10e ou 10/10e vissée sur la face intérieure de la porte) ne correspond pas à une performance anti-effraction. Cette dernière est validée par des essais réalisés laboratoires de contrôle : le Centre national de prévention et de protection (CNPP) et le Centre expérimental de recherches et d’études du bâtiment et des travaux publics (CEBTP), suivant la norme NFP 20551. La performance anti-effraction repose sur une âme et un choix de quincaillerie spécifique. Chez Fichet, un bloc-porte blindé comprend une serrure à points de condamnation multiples intégrée au vantail à blindage central (2 à 3 mm), auxquels s’ajoutent deux tôles d’acier extérieure et intérieure sur la structure métallique qui reçoit le vantail et limite son ouverture. Elle est solidement fixée au mur ou incorporée au béton de la paroi, avec un système de pivotement réglable, renforcé et protégé. Tous ses éléments étant solidaires, le bloc-porte blindé oppose une bonne résistance aux tentatives d’effractions : perçage, arrachement du cylindre, sciage des pênes, enfoncement, dégondage, découpe du vantail… Comme 80 % des cambrioleurs passent par la porte d’entrée et qu’ils se doivent d’être rapides et discrets, mieux vaut choisir une serrure la plus résistante possible. Plus il y aura de points et plus elle sera délicate et longue à forcer.

 

Serrure : l’alliée certifiée

La norme A2P (assurance prévention protection) certifie les performances de ces fermetures. Les serrures A2P* résistent environ 5 minutes, les ** au moins 10 et les *** au moins 15. Pour les serrures (serrure + cylindre) et les blocs-portes, elle est délivrée par l’Apsad (assemblée plénière des sociétés d’assurances et dommages). La liste des modèles certifiés est disponible auprès du CNPP (e-mail : Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir ). De nombreux accessoires renforcent la protection : cornières anti-effraction ou non dégondables, chaîne de sûreté, entrebâilleur et judas. L’ouverture vers l’intérieur rend les gonds inaccessibles. Par ailleurs, et le cas échéant, il préférable de faire les parties vitrées avec un double vitrage isophonique, qui réduit le bruit de moitié par rapport à un double vitrage standard, isotherme (gain d’isolation de 20 %, été comme hiver) et retardateur d’effraction (vitre extérieure feuilletée avec interposition d’un film plastique).

 

ÉCOLO ATTITUDE

Les portes d’entrées sont peu concernées par la RT 2005. Elles doivent suivre la norme Portes extérieures NF EN 14-351.1, associée à des performances AEV obligatoires (air, eau, vent : A*2, E*4, V*A2). En bois, acier, PVC… elles doivent être isolantes. Celles accueillant plus de 20 mm de mousse polyuréthane sont parmi les plus performantes. À partir du 1er janvier 2009, les menuiseries extérieures devront répondre au marquage CE, sauf si elles sont fabriquées et mises en œuvre par un artisan.

 
Quatre matériaux, quatre façons ...
Quatre matériaux, quatre façons de s’isoler contre le froid

  

1. Le bois : bonne aptitude

Le bois possède de bonnes qualités isolantes, qu’il faut améliorer : avec un cadre et un ouvrant d’une épaisseur supérieure à 40 mm, formé d’un parement en bois et d’une âme en mousse polyuréthane, auxquels s’ajoutent un seuil en aluminium et un joint périphérique. Si le chêne dure plus longtemps que les essences exotiques, prisées pour leur robustesse et leurs qualités esthétiques, il résiste moins bien aux agressions climatiques. D’une façon générale, le bois induit de l’entretien et, sur une façade très exposée, un auvent ou une marquise est souhaitable. La fréquence de l’entretien des couches de protection du bois est variable suivant l’exposition (tous les deux ou trois ans, environ).

 

2. Le métal : efficace aussi

L’acier répond aux exigences de la RT 2005 et va même au-delà, notamment avec les portes acier double paroi + mousse polyuréthane isolante, ou dotées de rupteurs de pont thermique. L’offre est assez limitée.
L’aluminium : sur une menuiserie classique, intérieur et extérieur sont en contact, ce qui entraîne un risque de condensation. Mais aujourd’hui, les meilleures portes offrent un sandwich performant de bonne épaisseur et une rupture de pont thermique complète (dormants et ouvrant). Produits de moyenne gamme, les modèles en aluminium sont plus variés que ceux en acier. Il existe par ailleurs des portes mixtes, qui offrent à la fois les avantages de l’aluminium pour la face extérieure et ceux du bois à l’intérieur.

 

3. Le PVC : économique

Le confort est assuré par des doubles joints d’étanchéité et un seuil aluminium à rupture de pont thermique. Environ deux fois moins cher que l’aluminium, le PVC présente le même avantage : la plupart des portes sont faites à partir de panneaux de remplissage parclosés sur un cadre ouvrant. Plusieurs solutions : montant simple en PVC + panneau isolant 3 épaisseurs (PVC/mousse polyuréthane/PVC), montant renforcé en PVC + panneau isolant 5 épaisseurs (PVC/contreplaqué/mousse polyuréthane/contreplaqué/PVC), panneaux moulurés 2 faces (1,6 mm) + âme mixte (contreplaqué/Styrofoam/contreplaqué). Le PVC répond à la réglementation thermique 2005, voire 2010, mais il est sensible au feu. Le choix de couleurs est restreint.

 

4. La fibre de verre : optimale

Pas de déformation, isolation optimale : la fibre de verre est un matériau idéal pour les portes d’entrée. Les panneaux sont moulés par compression à haute pression et de la mousse de polyuréthane est injectée pour constituer l’âme. La fibre de verre affiche de belles performances : résistance et solidité dix fois supérieure à l’acier, longévité, imputrescibilité, isolation thermique cinq fois supérieure à celle du bois, résistance exceptionnelle aux conditions climatiques, inertie au froid et au chaud, etc. Les profils intérieur et extérieur sont isolés entre eux par un matériau de synthèse supprimant toute conduction de chaleur. Le vitrage, le cas échéant, doit être à isolation renforcée. Côté entretien, un coup d’éponge suffit. Enfin, la fibre de verre existe en de nombreux coloris et peut même reproduire le veinage bois.

 
 

Protections solaires

Isolation

Fenêtres

 
 ESCALIER INTE...    Sommaire    PROTECTIONS S...  
 
 
Qui sommes-nous ?       Plan du site       Contacts       Mentions légales       Appel d'offre       Groupe Moniteur
 

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus