Recherche :   
Fotolia_3356892_S.jpg
  :: Accueil arrow Finitions arrow CARRELAGE :: :: lundi 17 février 2020 ::  
 
 
Votre projet de construction
de maison basse consommation
en 12 étapes:
Tous les mois, nous suivons votre projet
avec des fiches pratiques, des conseils et astuces.
 
Etape 12 :
RÉCEPTION DES TRAVAUX de votre maison basse consommation
Dernière formalité avant de jouir en...
M'identifier :
Utilisateur 
Mot de passe 
 
      Mot de passe oubli
 
 
   



 
  

Carrelage

À chaque matériau sa destination

Carrelage : A chaque matériau sa destinantionAu sol ou au mur, dans de petites pièces ou de grands espaces, en faïence, en grès ou en terre cuite : choisissez le revêtement céramique le mieux adapté à vos besoins, tout en laissant votre imagination au pouvoir.

La céramique est un terme générique qui désigne les matériaux de construction fabriqués et cuits à partir de matières premières céramiques naturelles. Selon leurs constituants et les techniques de cuisson utilisées, les carrelages en faïence, grès ou terres cuites auront des résistances mécaniques très diverses. Il en existe deux grandes catégories.

 

Les matériaux à haute absorption d’eau, comme les carreaux de faïence. La pâte dont ils sont faits est très poreuse et de ce fait ne résiste pas au gel. Elle peut être décorée et est toujours émaillée.

 

Les matériaux à faible absorption d’eau. Les carreaux de grès cérame appartiennent à cette seconde catégorie. Ils sont constitués d’une pâte compacte, qui présente des pores fermés, et résistent au gel. Ces carreaux existent sous forme émaillée et non émaillée.

Au mur ou au sol, au sec ou à l’humidité

D’un point de vue esthétique, c’est le volume des pièces qui doit présider au choix des carreaux. Dans une pièce de petites dimensions, mieux vaut choisir des petits carreaux, accordés à une frise en mosaïque par exemple. En outre, le blanc ou les teintes très claires sont à privilégier si l’on veut donner une impression d’espace. Pour les grandes surfaces, préférez des grands carreaux coordonnés à une frise assez large faite de carreaux de taille moyenne.

 

Autre facteur essentiel à bien prendre en compte : la nature de la surface, sol ou mur, sur laquelle le carrelage va être posé.

 

Sur un mur : tous les carreaux sont utilisables, quelles que soient leurs caractéristiques. Évitez cependant les carreaux épais ou très grands, en raison de leur poids. Et, dans les pièces où il risque d’y avoir beaucoup de projections liquides, comme la salle de bains et surtout la cuisine, les carreaux poreux ne sont bien sûr pas les plus adaptés. Dans ces pièces, il est conseillé de poser du grès émaillé, du grès cérame, du grès étiré, s’il est émaillé, ou encore de la terre cuite si elle est traitée (c’est-à-dire imperméabilisée). En règle générale, les carreaux de faïence sont réservés aux murs.

 

Au sol : les carreaux utilisés doivent présenter une faible porosité, une bonne résistance à l’usure et aux taches, ou avoir reçu en usine un traitement approprié.

 

À savoir

• Évitez les carrelages brillants au sol car, même s’ils sont plus faciles à nettoyer, ils restent souvent glissants et donnent un aspect froid.

• Les profilés sont importants car ils protègent l’arête d’un angle carrelé.

• Il ne faut jamais décaper une terre cuite avec de l’acide chlorhydrique, car il risquerait de provoquer des efflorescences blanches non solubles dans l’eau.

• Il est déconseillé de passer de l’huile de lin ou, d’une manière générale, de produits gras utilisés comme imprégnateurs ou bouche-pores. En effet, ils sont souvent saponifiables, ce qui signifie qu’avec le temps ils se transforment en savon. Un phénomène qui se traduit par des changements de couleur dans le carreau et une quasi-impossibilité à le maintenir propre. Les produits de synthèse qui respectent parfaitement le matériau le protègent mieux et dureront dans le temps.

 

ÉCOLO ATTITUDE

La céramique est très facile à nettoyer : il suffit d’utiliser un torchon humide et, si elle est sale ou grasse, des produits de nettoyage comme des détergents ou de l’eau de Javel. La nature de la surface de la céramique empêche les phénomènes d’adhérence, ce qui permet d’éliminer les graisses sans aucun problème.

   UPEC, une norme pour choisir

La lettre « U » désigne la résistance à l’usure due à la marche, « P » celle au poinçonnement du mobilier fixe ou mobile, « E » à l’eau et « C » aux agents chimiques et aux produits de droguerie. La norme UPEC des carreaux de sol accorde pour chacune de ces lettres une note qui va de 0, la plus mauvaise, à 4, la meilleure. Ainsi, un classement U4 P4 E3 C2 garantit une résistance parfaite à toutes les agressions. À savoir : norme NF, la norme UPEC définit, pour chaque partie de la maison, une notation minimum des carreaux à utiliser. Ce classement peut s’exprimer en terme de groupes de qualité croissante (de I à V). Pour la cuisine, il est ainsi conseillé de choisir le groupe IV - U3P3E2C2/ PEI4 (sollicitation et passage importants, piétinement normal).

 


   Des astuces optiques

• Pour rompre la monotonie d’une grande surface carrelée, posez une frise à mi-hauteur entre des carreaux de couleurs ou de motifs différents, ou entre deux schémas de pose différents.

• Si la hauteur de plafond est supérieure à 2,80 m, carrelez jusqu’à 2 m avec une frise ou un listel à 1,80 m afin de couper le mur pour éviter d’avoir un trop grand panneau uniforme.

• Si la hauteur de plafond est d’environ 2,50 m, vous pouvez faire monter le carrelage jusqu’en haut en posant une frise à 2 m du sol cette fois.

• Pour donner une impression d’espace et agrandir visuellement une pièce, choisissez des coloris clairs et/ou posez les carreaux en diagonale.

• Pour élargir la pièce, posez les carreaux dans le sens de leur largeur.

 


   Bien prendre en compte les contraintes

« Poser un carrelage impose de répondre à un certain nombre de contraintes. D’abord, le support doit être sain et sec. Ensuite, certaines configurations nécessitent des précautions

Expert maison

particulières. Ainsi, en présence d’un chauffage par le sol, il faut utiliser des produits spécifiques, non seulement au niveau du carrelage, mais aussi des accessoires, de la colle jusqu’aux joints. Le format des carreaux doit être limité, faute de quoi l’accroche sera trop espacée et le carrelage risque de bouger au fil des variations de températures et des phénomènes de dilatation rétraction. La problématique est identique pour les maisons à ossature bois pour lesquelles il existe des produits dédiés. Les joints devront être souples pour suivre les inévitables mouvements du matériau et une natte d’étanchéité devra être posée sous la colle. Là encore il conviendra de se rabattre sur des formats petits ou moyens. Attention également aux délais de livraison ainsi qu’à la durée de séchage du carrelage. En pose collée, la pièce ne sera utilisable qu’après trois ou quatre jours et en pose traditionnelle après une semaine. Enfin, pensez à vous renseigner sur la disponibilité du carreleur, dont l’emploi du temps est souvent chargé, ou renseignez-vous auprès d’un vendeur qui peut vous en indiquer un… »

 

 
Les 3 solutions

SOLUTION N °1

La faïence

Fragile, le carreau de faïence se pose uniquement sur les murs, sauf exception avec certaines qualités. Le matériau est essentiellement formé d’argiles diverses et fines, broyées, mélangées, atomisées et, après pressage, se compose d’un biscuit et d’une couche d’émail mince décoratif. Les carreaux sont comprimés, puis cuits à plus de 1 000 °C. C’est une matière tendre et facile à couper, mais plus fragile. La pose se fait sur une couche primaire : un produit appliqué, avant collage, sur un support poreux ou du bois. Le film créé améliore l’adhérence des carreaux. Le collage se fait avec un mortier-colle ou un adhésif prêt à l’emploi.

Remarque Émaillés ou vitrifiés, les carreaux de faïence sont imperméables et conviennent très bien aux salles de bains.

SOLUTION N °2

Le grès

Céramique dure à base d’argile et d’éléments siliceux, le grès cérame se prête à beaucoup d’utilisations. Sa dureté varie selon la température de cuisson. Le grès cérame porcelaine ou le grès cérame vitrifié non émaillé cuits à 1 300 °C sont très résistants et plutôt réservés au sol. Le grès cérame poli est imperméable, résiste aux produits d’entretien, aux acides, aux chocs et à l’usure. Les grès étirés non émaillés habillent sols et murs. En général non gélifs, ils sont cuits à 1 000 °C et d’un aspect plus rustique. Colorés dans la masse, ils sont inusables. Émaillés, ils offrent des décors plus variés. Enfin, le grès vitrifié émaillé offre des degrés de résistance classés de 1 à 5, le plus élevé.

 

Remarque Imperméable, facile d’entretien, le grès résiste aux produits, aux chocs, à l’usure. Il est idéal dans les pièces humides. Le grès cérame poli est un must, assez cher.

 

SOLUTION N °3

Les terres cuites

Étant faites d’un matériau noble et naturel, les terres cuites apportent une authentique touche artisanale. Elles sont composées d’argiles calcaires cuites à 900 °C, donc relativement tendres. Pour compenser leur importante porosité, elles peuvent être vernies sur une face. La terre cuite est de qualité variable, tant en ce qui concerne la résistance à l’usure, que la facilité d’entretien ou encore la sensibilité au gel. Dans tous les cas, elle doit être traitée avec un liquide hydrofuge, comme l’huile de lin, qui l’imperméabilise et la protège en outre des taches liquides.

Remarque la réussite du traitement sur une terre cuite ne dépend pas seulement des produits et de la méthode employés : il faut également que le traitement soit appliqué sur un sol parfaitement sec, propre et neutre.
 
 

Revêtements muraux
Parements
Faïence et mosaïque

 
 LE LAMBRIS    Sommaire    REVÊTEMENTS ...  
 
 
Qui sommes-nous ?       Plan du site       Contacts       Mentions légales       Appel d'offre       Groupe Moniteur
 

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus