Recherche :   
Fotolia_3356891_S.jpg
  :: Accueil arrow Equipement et Confort arrow EAU CHAUDE SANITAIRE :: :: mercredi 8 avril 2020 ::  
 
 
Votre projet de construction
de maison basse consommation
en 12 étapes:
Tous les mois, nous suivons votre projet
avec des fiches pratiques, des conseils et astuces.
 
Etape 12 :
RÉCEPTION DES TRAVAUX de votre maison basse consommation
Dernière formalité avant de jouir en...
M'identifier :
Utilisateur 
Mot de passe 
 
      Mot de passe oubli
 
 
   




 
  

Eau Chaude Sanitaire

Des ballons aux chaudières mixtes

Eau chaude sanitaire
À côté des ballons électriques qui bénéficient du regain de l’électricité dans les logements neufs, les chaudières mixtes à ballon séparé ou intégré, de plus en plus discrètes, prennent du galon.
La production d’eau chaude sanitaire (ESC) est soit basée sur un système indépendant, soit couplée avec celle du chauffage. Dans les systèmes autonomes, tels que ballons, chauffe-bains ou chauffe-eau, l’énergie est fournie par une résistance électrique, un brûleur (au fioul, au gaz naturel ou au propane), des capteurs solaires thermiques ou une pompe à chaleur. Dans les systèmes combinés au chauffage, l’eau sanitaire passe par une chaudière mixte et fonctionnant au bois, au fioul, au gaz naturel ou au propane, ou avec des capteurs solaires .

Instantanée ou stockée ?

 

La production peut être instantanée ou accumulée. Dans la production instantanée, l’eau est chauffée au moment de la demande et toujours disponible. Mais le débit dépend de la puissance de l’installation et c’est une solution peu économique.

 

L’accumulation est le mode le plus courant. Elle utilise tous les types d’énergie et propose un débit d’eau chaude constant et important. L’eau est chauffée, stockée et maintenue en température dans un réservoir calorifugé (ballon ou chauffe-eau à accumulation) pour limiter les déperditions thermiques.

 

Avec une chaudière mixte, on peut utiliser un seul équipement pour répondre aux besoins en eau sanitaire et en chauffage. Associée à un ballon, elle fonctionne avec un système à accumulation qui s’adapte instantanément à la consommation pour un confort maximum. Le même brûleur chauffe l’eau du circuit de chauffage et l’eau sanitaire, celle-ci étant toujours prioritaire. Le ballon a une capacité qui varie entre 20 et 150 litres. Il peut être intégré à l’enveloppe de la chaudière ou placé à côté (au sol ou au mur) dès que sa capacité augmente. Les fabricants ont fait depuis plusieurs années de gros efforts pour réduire l’encombrement de ces systèmes intégrés, descendant parfois au-dessous de 60 cm de large (sans pour autant perdre une classification basse température dans le cadre de la RT 2005, par exemple).

 

Parmi les systèmes fournissant un débit d’eau chaude suffisant et constant sans avoir à installer un équipement puissant, on trouve :

- La semi-accumulation : la production instantanée est couplée à un ballon de stockage pour disposer d’une réserve d’eau chaude lors d’utilisations importantes.

- La micro ou mini-accumulation procure un confort optimum dans un encombrement minimum. Ces chaudières autorisent une disponibilité immédiate de l’eau chaude même à débit réduit, une stabilité de température, la possibilité de puisages simultanés. Elles satisfont le même niveau d’exigence que celui des chaudières à accumulation.

 

Pour faciliter le choix des consommateurs, le GFCC (Groupement des fabricants de matériels de chauffage central) a redéfini la segmentation des chaudières mixtes : chauffage + ECS instantanée, chauffage + ECS avec stockage tampon intégré jusqu’à 10 l (micro-accumulation), supérieur à 10 l (semi-accumulation) ou avec ballon séparé.


Accumulation : pour les puisages importants

 

Lorsque l’on veut puiser des quantités d’eau chaude importantes, l’accumulation dans un ballon (intégré ou non à la chaudière) offre la meilleure solution. Le débit et la température sont constants lors de l’ouverture simultanée de plusieurs robinets (dans la salle de bains et dans la cuisine, par exemple). Le ballon permet aussi l’utilisation de mitigeurs thermostatiques, ainsi que le remplissage rapide d’une baignoire de grande capacité.


Micro et mini-accumulation : un encombrement réduit

 

• Entre l’instantané et l’accumulation, la mini-accumulation permet un stockage réel (restreint à 3, 4 ou 6 litres) avec une vraie zone tampon. L’eau est portée à la température requise dans un échangeur mixte bain-marie avant d’être dirigée vers le mini-ballon. Cette zone garantit une température stable sans robinet thermostatique en débit constant comme en débit variable, quelle que soit la quantité demandée. Une valve à eau équipée d’un détecteur de débit allume la chaudière à un débit situé à un peu plus de 1 l/min. L’eau chaude, régénérée au fur et à mesure des besoins, est toujours disponible.

• La micro-accumulation rend l’eau chaude disponible en permanence grâce à une surface d’échange dans le micro-accumulateur trois fois plus importante que celle dont dispose une chaudière classique. Dans certains modèles, un détecteur enregistre les moindres variations de débit et les transmet au module de régulation qui les interprète immédiatement : l’ajustement se fait à l’instant, compensant en temps réel les fluctuations de la température et du volume de puisage. 


 
 
Production électrique : profiter des...

Production électrique : profiter des heures creuses 

Un système de stockage permet de tirer partie des heures creuses, en dissociant le rythme de la production des variations brusques de la demande et en lissant les pointes (rôle de tampon). La puissance à mettre en œuvre est faible car le réchauffage est généralement calculé sur huit heures de nuit, ce qui autorise des tarifs d’énergie avantageux.

 

Inconvénients : la perte d’énergie par les parois et l’important volume de stockage qui doit correspondre à l’ensemble des besoins journaliers. Il est préférable que le chauffe-eau et le réseau de distribution soient installés dans le volume habitable (la partie chauffée de votre logement).

 

Lorsque cette configuration est impossible, il est essentiel que les canalisations soient thermiquement isolées. Les chauffe-eau électriques instantanés fonctionnant à la demande doivent être réservés à une utilisation d’appoint sur les points de puisage éloignés, isolés ou utilisés occasionnellement, avec un débit d’eau faible. La puissance nécessaire à leur fonctionnement (instantané) est en effet prohibitive, sur sur le plan économique mais aussi écologique.


Attention à la qualité sanitaire !

La légionelle se développe entre 25 à 45 °C et peut être détruite à 60 °C minimum.

 

Mais la température de l’ESC doit être inférieure à 65 °C. Au-delà, calcaire ou non, elle génère du tartre, et donc, une surconsommation d’environ 10 % sur le long terme. Si l’eau est très calcaire, l’entartrage des résistances peut allonger le temps de chauffage. Dans ce cas, il faut vidanger le chauffe-eau tous les 2 à 3 ans ou l’équiper d’une résistance adaptée, comme une résistance thermoplongée. Si l’eau est vraiment très calcaire, préférez la résistance stéatite, plus chère, mais d’une plus grande longévité car protégée du contact avec l’eau.

 
 

Capteurs Solaires

Salle d'eau

Climatisation 

 
 RÉSERVOIR GP...    Sommaire    CAPTEURS SOLA...  
 
 
Qui sommes-nous ?       Plan du site       Contacts       Mentions légales       Appel d'offre       Groupe Moniteur
 

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus