Recherche :   
Fotolia_4926905_S.jpg
  :: Accueil arrow Terrassement arrow La préparation du terrain :: :: lundi 24 février 2020 ::  
 
 
Votre projet de construction
de maison basse consommation
en 12 étapes:
Tous les mois, nous suivons votre projet
avec des fiches pratiques, des conseils et astuces.
 
Etape 12 :
RÉCEPTION DES TRAVAUX de votre maison basse consommation
Dernière formalité avant de jouir en...
M'identifier :
Utilisateur 
Mot de passe 
 
      Mot de passe oubli
 
 
   
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
  
Terrassement

La préparation du terrain

Pelleteuse jauneLa préparation du terrain est une étape essentielle pour fournir une assise solide à votre future maison. Elle implique quelques vérifications.

Avant de faire place à l'imagination de votre nouvelle vie dans votre petit nid douillet, il faut se heurter à la réalité. Et pour le moment, il s'agit de votre terrain qui est là devant vous et semble bien loin de pouvoir recevoir une maison. C'est donc le moment de préparer votre construction.

En premier lieu, même s'il n'est pas obligatoire et un peu coûteux, le bornage de votre terrain est la seule manière de connaître exactement la surface de celui-ci. Effectué par un géomètre, le bornage fixe définitivement la taille de la parcelle et en précise les limites. Cette information, incontestable, est un argument fort en cas de litige avec le voisinage. Si vous avez acquis un terrain en lotissement, cette opération aura déjà été réalisée.

 

Connaître son sol

Étape importante : l'étude de sol, avant la construction de votre maison. Elle n'est pas encore obligatoire, mais est vivement conseillée. Il peut, parfois, être nécessaire de faire un carottage, afin d'envoyer au laboratoire des échantillons géologiques du sous-sol, et ainsi, déterminer parfaitement sa composition (voir ci-contre). La précision des résultats obtenus, grâce à cette méthodologie, permet d'optimiser le système de fondation et assurera la pérennité de l'ouvrage. L'étude de sol permet son diagnostic précis.

Quatrième opération indispensable (si ce n'est déjà fait): la viabilisation du terrain. Celle-ci consiste à faire effectuer les branchements des services de confort domestique en bordure de terrain (eau, électricité, gaz, téléphone, assainissement.). Un terrain constructible non-viabilisé nécessite beaucoup de démarches. Il est donc très important de connaître les différentes étapes pour le viabiliser et connaître le coût à prévoir avant de l'acheter. Avec la rareté du foncier, il est en effet courant de trouver des terrains de moins en moins viabilisés. Or, ce type de parcelle dispose en réalité d'aucun équipement nécessaire au bon fonctionnement d'une maison. Vous devrez donc contacter tous les opérateurs en charge de ces prestations : eau, électricité, gaz, assainissement et téléphone.

3 500 euros en moyenne pour la viabilisation

Chacun fera un devis que vous serez libre ou non d'accepter. En ce qui concerne les branchements entre les compteurs et la maison, ils sont souvent inclus dans le contrat de construction. Si vous faites le choix d'un terrain en lotissement, vous aurez l'avantage d'acquérir une parcelle bénéficiant déjà d'éléments d'équipements. Les réseaux d'alimentation ayant déjà été réalisés.

Le coût de la viabilisation dépend de la distance entre le terrain et le point de raccordement. S'il n'y a qu'une seule tranchée à creuser pour amener l'eau, l'électricité et le téléphone, il faut compter environ 3 500 euros. Concernant l'assainissement, il reste encore de nombreux secteurs constructibles non-raccordés à un réseau. Si c'est le cas du secteur où vous construisez, vous devez alors opter pour une solution d'assainissement autonome individuel. Sachant que si un réseau d'assainissement se crée dans votre rue après la livraison de votre maison, vous serez obligé de vous y raccorder dans un délai de deux ans, sous peine d'amende.

 

Plus d’informations sur la construction d’une maison basse consommation ?


  Pourquoi ma surface habitable est-elle limitée ?


Votre permis de construire a été (ou sera) accordé car la surface construite prévue est compatible avec la réglementation. Cette surface maximale constructible est définie par le coefficient d'occupation des sols (COS) indiqué dans le PLU (plan local d'urbanisme). Ainsi, avec un COS de 0,4 pour une parcelle de terrain de 800 m2, vous serez autorisé à construire une maison de 320 m2 (800 x 0,4) de surface hors œuvre nette (Shon).

Enfin, si le terrain est dans une commune qui n'a ni PLU, ni POS, ni carte communale, reportez-vous au règlement national d'urbanisme (RNU), qui fixe des règles d'ordre général concernant le droit de construction (art. L. et R. 111.1 et suivants du Code de l'urbanisme).

 

 
QUELQUES VERIFICATIONS S'IMPOSENT

De quelle nature est mon sol ?

Votre terrain est déclaré constructible. Ceci ne veut pas dire qu'il est forcément de bonne qualité. Il est donc plus prudent de faire appel à un géologue qui pourra vous informer sur la nature exacte de votre sol et ses conséquences sur votre projet. Une information essentielle notamment dans le choix de vos futures fondations.

Renseignez-vous également pour savoir si votre terrain, n'a pas été pollué par une activité industrielle ou artisanale. La loi prévoit que lorsqu'un sous-sol a été pollué, celui qui est responsable de cet état de fait doit dépolluer, ou au moins, en supporter le coût. C'est le principe. Mais prudence, la pollution peut être ancienne et le pollueur difficile à retrouver.

 

Mon terrain est-il exposé à des risques ou à des obligations ? 

L'examen du plan de prévention des risques naturels (PPRN) en mairie va vous préciser si le terrain est placé dans une zone présentant des risques naturels tels que les inondations, les glissements de terrain, les avalanches, les incendies de forêt et autres secousses sismiques. Enfin, vérifiez aussi que la parcelle n'est pas référencée sur un plan de sauvegarde et de mise en valeur. Ceci signifierait que le terrain est dans un secteur protégé et donc soumis à des règles d'urbanisme strictes comme la validation du projet de construction par un architecte des Bâtiments de France.

Il est également important de vérifier que vous n'êtes pas situés dans une zone où les termites aiment se régaler.

 
 
 
Qui sommes-nous ?       Plan du site       Contacts       Mentions légales       Appel d'offre       Groupe Moniteur
 

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus