Recherche :   
Fotolia_3356891_S.jpg
  :: Accueil arrow Menuiserie arrow La porte d'entrée :: :: samedi 22 février 2020 ::  
 
 
Votre projet de construction
de maison basse consommation
en 12 étapes:
Tous les mois, nous suivons votre projet
avec des fiches pratiques, des conseils et astuces.
 
Etape 12 :
RÉCEPTION DES TRAVAUX de votre maison basse consommation
Dernière formalité avant de jouir en...
M'identifier :
Utilisateur 
Mot de passe 
 
      Mot de passe oubli
 
 
   
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
    
Menuiserie

La porte d'entrée

Porte d’entrée de maison vue de l’intérieurElle accueille le visiteur, protège des intrus et des éléments climatiques. La porte d'entrée doit faire l'objet de toutes les attentions à l'achat, comme à l'installation.

La porte d'entrée donne du caractère à la maison et une première image de ses habitants. Les nouvelles techniques de fabrication, notamment l'emploi de la fibre de verre, ont élargi considérablement les possibilités esthétiques des portes.

Transition avec l'extérieur, face à tous les frimas, les portes d'entrée ne sont étrangement pas tenues d'appliquer les différents règlements et labels qui encadrent la performance énergétique des bâtiments. Seule suggestion, la réglementation thermique en vigueur (RT 2005) indique comme valeur de référence, un coefficient surfacique U de 1,5 kW/m².K. La future Réglementation thermique 2012 pourrait transformer cet indicateur en obligation, selon l'UFM (l'union des industriels du secteur). Cela paraît bien faible au regard des exigences des labels bâtiment basse consommation. Cette performance reste toutefois dépendante de la qualité de la pose. C'est-à-dire, une installation sans pont thermique. Le pont thermique se crée à la jonction entre deux éléments isolants. Pour simplifier, c'est une fuite d'air. Un joint efficace (en polyuréthanne et non en silicone) entre le mur et le bloc-porte la combat.


Les cambrioleurs privilégient la porte d'entrée

Sachant que 80 % des cambrioleurs forcent la porte d'entrée, il faut donc la sécuriser au maximum afin d'en retarder le plus longtemps possible l'effraction. Penchez-vous sur les systèmes de fermeture et de sécurité mécaniques, et apprenez à distinguer bloc-porte blindé et blindage de porte. Le blindage (une tôle acier 5/10e ou 10/10e vissée sur la face intérieure de la porte) ne correspond pas à une performance anti-effraction. Cette dernière est validée par des essais réalisés dans des laboratoires de contrôle : le Centre national de prévention et de protection (CNPP) et le Centre expérimental de recherches et d'études du bâtiment et des travaux publics (CEBTP), suivant la norme NF P 20551. La performance antieffraction repose sur une âme et un choix de quincaillerie spécifiques. Ainsi, un bloc-porte blindé Fichet comprend une serrure à points de condamnation multiple intégrée au vantail à blindage central (2 à 3 mm), à laquelle s'ajoutent deux tôles d'acier extérieure et intérieure sur la structure métallique qui reçoit le vantail et limite son ouverture. Elle est solidement fixée au mur avec un système de pivotement réglable, renforcé et protégé. Tous ses éléments étant solidaires, le bloc-porte blindé résiste longuement aux tentatives d'effraction.


Le temps de résistance à l'effraction

La norme A2P (Assurance prévention protection) certifie les performances des fermetures. Les serrures A2P * résistent environ cinq minutes, les ** au moins dix et les *** au moins vingt. Pour les serrures et les blocs-portes, elle est délivrée par l'Apsad (Assemblée plénière des sociétés d'assurances et dommages). De nombreux accessoires renforcent la protection : cornières, chaîne de sûreté, entrebâilleur et judas. Enfin, l'ouverture vers l'intérieur rend les gonds inaccessibles.

 

Plus d’informations sur la construction d’une maison basse consommation ?

 

Comptez avec l’apport solaire
Les baies vitrées
Les fenêtres
La protection solaire
La porte de garage
Les escaliers


  Quatre matériaux, quatre caractères


Porte d'entrée en bois : la qualité et la tradition

Le bois a des qualités isolantes naturelles évidentes qui demandent à être renforcées par un cadre et un ouvrant d'une épaisseur supérieure à 40 mm, composé d'une âme isolante. À cet ensemble, s'ajoutent un seuil en aluminium et un joint périphérique. Le chêne dure plus longtemps que les essences exotiques, mais résiste moins bien aux agressions climatiques. Le bois exige un entretien fré-quent (2 à 3 ans) et souvent l'ajout d'un auvent ou d'une marquise.


Porte d'entrée en métal : l'efficacité

Avec des portes double paroi ou dotées de rupteurs de pont thermique, l'acier est très efficace thermiquement. L'aluminium exige un sandwich performant de bonne épaisseur et une rupture absolue de pont thermique (dormant et ouvrant). Les modèles en aluminium sont plus variés que ceux en acier. Les portes mixtes allient l'aluminium pour la face extérieure et le bois à l'intérieur.


Porte d'entrée en PVC : l'économie

Deux fois moins onéreux que l'aluminium, le PVC présente le même avantage : la plupart des portes sont faites à partir de panneaux de remplissage parclosés sur un cadre ouvrant. La qualité d'isolation dépend de la nature de l'âme. Deux défauts : le PVC est sensible au feu et sa gamme de couleurs est restreinte.


Porte d'entrée en fibre de verre : le top

Plus solide que l'acier, plus résistante aux temps et aux frimas que le bois, insensible au chaud et au froid, la fibre de verre est le matériau idéal. Les panneaux sont moulés par compression à haute pression et de la mousse de polyuréthanne est injectée pour constituer l'âme. Les profils intérieur et extérieur sont isolés entre eux par un matériau de synthèse supprimant toute conduction de chaleur. Le vitrage, le cas échéant, doit être à isolation renforcée. Côté entretien, un coup d'éponge suffit. Enfin, la fibre de verre existe en de nombreux coloris et peut reproduire le veinage du bois.

 


 
L'AME FAIT LÍSOLATION

Aujourd'hui, les portes sont rarement en matériau plein. La solution la plus courante est, quel que soit le matériau visible (bois, acier ou PVC), une porte comportant une âme isolante extrudée d'épaisseur plus ou moins importante (de 20 à 48 mm). Le joint périphérique et la plinthe viendront renforcer l'isolation.

Si vitrage, il y a, il devra avoir les mêmes qualités phoniques ou thermiques que la porte elle-même. Selon les options choisies, vous pouvez obtenir une réduction des bruits extérieurs de 26 dB(A) à 36 dB(A) et des pertes de chaleur de 37 %. La norme Portes extérieures NF EN 14-351.1, associée à des performances AEV obligatoires (air, eau, vent : A*2, E*4, V*A2), définit la structure des portes.

 
 
 
 
Qui sommes-nous ?       Plan du site       Contacts       Mentions légales       Appel d'offre       Groupe Moniteur
 

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus