Recherche :   
Fotolia_3356892_S.jpg
  :: Accueil arrow Préparer le Chantier arrow Comment concevoir une maison économe et écoresponsable ? :: :: lundi 24 février 2020 ::  
 
 
Votre projet de construction
de maison basse consommation
en 12 étapes:
Tous les mois, nous suivons votre projet
avec des fiches pratiques, des conseils et astuces.
 
Etape 12 :
RÉCEPTION DES TRAVAUX de votre maison basse consommation
Dernière formalité avant de jouir en...
M'identifier :
Utilisateur 
Mot de passe 
 
      Mot de passe oubli
 
 
   
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 
Préparer le chantier

Comment concevoir une maison économe et écoresponsable ?


Le bâtiment basse consommation (BBC) est la nouvelle référence de la construction. Elle vise à diviser par quatre les émissions des bâtiments, premiers émetteurs de CO2.

Un bâtiment basse consommation (BBC) utilise 50 kWh/m2.an d'énergie primaire. Pour comparer, un bâtiment français moyen consomme 230 kWh/m2.an et un logement récent 110 kWh/m2.an.

 

Quand la maison basse consommation deviendra-t-elle la norme ?

Le Grenelle de l'environnement a décidé que dès 2012, la norme basse consommation serait étendue à toutes les maisons neuves en application d'une réglementation thermique en cours de définition. Cependant, des labels tels qu'Effinergie (www.effinergie.org), proposent une charte de mise en œuvre d'une maison basse consommation d'ores et déjà appliquée par de nombreux constructeurs de maisons et architectes. Des aides financières sont dès à présent accordées, notamment par certaines collectivités locales, pour vous permettre d'atteindre la norme BBC.

Qu'est-ce que le diagnostic de performance énergétique ?

Appelé aussi DPE, c'est un autre outil de la mobilisation contre les gaz à effet de serre dans le Bâtiment. Ce diagnostic mesure la consommation d'énergie primaire de chaque habitat et en déduit une classification de A (50 kWh/m2.an) à G (450 kWh/m2.an). Il doit être renouvelé et présenté aux futurs acquéreurs à chaque vente d'un logement. Le DPE va donc influer sur la valeur d'un bien immobilier d'autant plus fortement que les exigences de consommation d'énergie vont peu à peu se durcir.

Quels surcoûts par rapport à une construction traditionnelle ?

Le coût d'une maison basse consommation n'est pas obligatoirement plus élevé. Nombre de constructeurs présentent même dans leur catalogue des maisons BBC d'entrée de gamme. En effet, la différence entre une maison basse consommation et une maison traditionnelle se situe au niveau de l'intelligence de sa conception et de la rigueur de sa mise en œuvre. Autrement dit : une maison bien conçue et bien faite !

Quels sont les grands principes d'une maison basse consommation ?

C'est une maison qui doit être bien orientée pour profiter au mieux des apports solaires, compacte pour éviter les dilutions d'énergies et étanche pour éviter les pertes d'énergies. Donc, une maison basse consommation regarde plutôt au sud avec des ouvertures qui lui permettent de profiter pleinement du soleil d'hiver. Au sud, sont donc situées les pièces à vivre et au nord, les pièces techniques qui servent de protection contre les frimas. Cent mètres carrés, scindés en deux étages plutôt que d'un seul tenant, sont à privilégier. Des protections architecturales ou végétales, fixes ou mobiles protègent du soleil et du vent.

Quelles énergies utilise-t-elle ?

Une maison basse consommation utilise des énergies renouvelables pour limiter l'utilisation d'électricité produite par des centrales au charbon par exemple. Ces énergies renouvelables sont retirées du calcul de sa consommation d'énergie primaire. Son confort thermique est essentiellement assuré par le chauffage bois, la géothermie, le puits canadien ou la VMC. Son eau chaude est produite par une installation solaire ou une pompe à chaleur. Les panneaux photovoltaïques ou une éolienne produisent de l'électricité.

Quel niveau d'étanchéité ?

La maison basse consommation est parfaitement étanche (maximum de perméabilité à l'air de 0,6 m3/h.m2). Quel que soit le système d'isolation utilisé, une attention particulière est accordée aux ponts thermiques qui se forment à la jonction des éléments constructifs.

Plus d’informations sur la construction d’une maison basse consommation ?

CHOISIR SON ENTREPRISE
CHOISIR SON FOURNISSEUR D’ÉNERGIE
LES RÉUNIONS DE CHANTIER
LES AIDES FINANCIÈRES
CONTRAT, GARANTIES ET ASSURANCES   


Carte de France des coefficients régionaux de rigueur climatique
Conçue pour profiter des éléments naturels, une maison basse consommation ne peut être identique en bord de mer ou à la montagne, au nord ou au sud. Des coefficients régionaux de rigueur climatique sont donc prévus (voir illustration). Une maison basse consommation en Bretagne devra consommer 55 kWh/m2.an (50 x 1,1) et seulement 40 (50 x 0,8) sur la Côte-d’Azur. (Source : Effinergie)

 


  La consommation d'énergie primaire, c'est quoi ?

La CEP (consommation d'énergie primaire) n'a rien à voir avec votre compteur électrique ou de gaz. Il s'agit de votre consommation elle-même plus l'impact énergétique de votre consommation. C'est-à-dire les pertes engendrées par le transport de l'énergie plus la consommation d'énergie générée par la production et la transformation de l'énergie. Dans le cas de la maison basse consommation, le calcul comprend le chauffage, l'eau chaude sanitaire, les auxiliaires de ventilation et de chauffage, l'éclairage, la climatisation, mais exclut l'électronique domestique (électroménager, télévision, ordinateur.) qui peut à lui seul représenter 50 kWh/m2.an.



  Quatre labels de maisons bioclimatiques

Effinergie :
soutenue par les conseils régionaux, l'association promeut la basse consommation avec une exigence de 50 kWh/m2.an dans le neuf. Site Internet : www.effinergie.org.

 

HQE : reconnue d'utilité publique, l'association soutient la haute qualité environnementale (HQE), c'est-à-dire le principe d'une construction soucieuse de l'environnement à toutes les étapes du chantier (fabrication et transport des matériaux, mise en œuvre, gestion des déchets, etc.). Douze cibles (ou objectifs) ont été définies. La performance énergétique n'est qu'une des cibles. Vous pouvez donc être HQE et Effinergie, maison passive ou minergie.

 

Maison passive : ce standard d'origine allemande Passiv Haus exige que la consommation totale d'énergie (électroménager compris) ne dépasse pas 120 kWh.m2/an et que les besoins de chauffage ne dépassent pas 15 kWh.m2/an.

 

Minergie : le label d'origine suisse exige en France une performance minimale de 38 kW/m2.an. Plusieurs labels sont développés : minergie, minergie passif, minergie éco, minergie passif et écologique.www.minergie.fr


 
LES BASES D’UNE BONNE OPTIMISATION...
LES BASES D’UNE BONNE OPTIMISATION THERMIQUE

L'orientation du bâti et ses composants

 DESCRIPTION  Pour bénéficier de façon optimale de la chaleur du soleil, la maison

doit être correctement orientée et ses ouvertures bien réparties. La façade principale est tournée vers le sud (à + ou - 25°) pour profiter des apports énergétiques en hiver. Sur cette façade, sont placées la majorité des ouvertures

 

À l'est et à l'ouest, on pratique des ouvertures moins nombreuses et plus petites. Attention à l'ouest : en été, le soleil d'après-midi fait monter le mercure. Pour réduire les pertes thermiques, il faut réduire la surface d'échange : le bâtiment doit être compact et lisse. Les protubérances sont prohibées.

Objectif : une résistance maximale à l'écoulement de l'air et un minimum de ponts thermiques.


Bon à savoir On n'oubliera pas non plus de prendre les vents en considération : un vent soufflant à 70 km/h double les déperditions énergétiques d'une maison.


Des équipements techniques performants

DESCRIPTION Dans une maison très étanche, il faut une bonne ventilation. Une VMC à récupération de chaleur rejette l'air vicié et réinjecte de l'air frais.
Un échangeur thermique capte 90 % de la chaleur de l'air avant évacuation et réchauffe l'apport nouveau.

L'air est un fluide caloporteur qui participe à la bonne température de la maison. Par ailleurs, on équipe la maison d'une chaudière à condensation et/ou d'une pompe à chaleur (PAC) pour le chauffage et la production d'eau chaude. L'installation intègre une régulation centralisée selon la température extérieure et une régulation intérieure terminale (par robinets thermostatiques pour chaque pièce, par exemple), tenant compte des apports de chaleur supplémentaires. Enfin, l'électricité peut être produite par des panneaux photovoltaïques en toiture.


Bon à savoir  On peut compléter la VMC par un puits canadien avec un appoint sur l'air recyclé (qui sera d'ailleurs aussi utilisé pour chauffer l'air ambiant).


Les parois vitrées et opaques bien isolées

 DESCRIPTION On pose en général un isolant d'environ 30 cm d'épaisseur pour les
murs, 40 cm pour le toit et 5 cm pour les fondations. Les ouvertures doivent être pourvues de vitrages isolants faisant aussi office de collecteurs solaires passifs. Leur part varie selon l'orientation : 40 à 60 % de surface vitrée au sud, 10 à 15 % au nord, moins de 20 % à l'est et à l'ouest. On peut aussi poser des double ou triple vitrages thermiques. Préférez des entourages en bois contenant de l'isolant plutôt qu'en aluminium. Une bonne isolation empêche jusqu'à 40 % des pertes de chaleur

 

Bon à savoir Les infiltrations d'air nuisent au rendement énergétique, même sur le passage d'un simple câble électrique à travers l'isolation. La continuité de l'étanchéité doit être soigneusement étudiée : un défaut à ce niveau dégrade la performance de l'ensemble.
 
 
Maison Bioclimatique : elle est adaptée...
Maison passive :
elle ne consomme pas...
Maison positive :
elle produit plus d'énergie...
R.T. (réglementation thermique) :
la...
 
 
 
Qui sommes-nous ?       Plan du site       Contacts       Mentions légales       Appel d'offre       Groupe Moniteur
 

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus